La vision d’un parapentiste, François

De gauche à droite et de bas en haut : Loraine Humeau (jeune diplômée en aménagement touristique et parapentiste), Damien Artero (réalisateur et traileur), Maïté Dracon (rédactrice Franco-Croate), Nathalie Ille (la capitaine), Adrien Cheminée (chercheur), Hélène David (photographe et artiste), François Ragolski (parapentiste), Frédéric Buet (spécialiste des sports de nature).

« Uživaj! Une odyssée dalmate »

Huit personnes d’horizons différents à bord d’un bateau sillonnant les îles Croates autour d’une réflexion : comment concilier développement touristique durable et pratiques sportives de nature ? Le projet est porté par l’association Expé2M, au total 500 km de navigation entre les îles dalmates à la recherche des spots de Croatie.

Une aventure humaine

Tous réunis par l’envie de découvrir et d’apporter nos regards sur cette nature qui nous permet de pratiquer nos sports et nous questionnent. L’équipage est hétéroclite avec un programme chargé, ponctué de rencontres et de sports de nature.

On charge à bord : parapente, paddle, équipement d’escalade,  windsurf, kitesurf et de quoi plonger. C’est le départ pour une belle aventure humaine!

Les objectifs sont multiples. Bien que nous souhaitions mettre en avant un tourisme durable, à la recherche du moindre impact, nous ne voulons pas entrer dans une pratique extrême. Il faut rester objectif : nous collons avec une réalité touristique actuelle, nous choisissons donc de profiter pleinement de notre séjour tout en essayant au maximum de ne pas laisser de trace après notre passage. À bord les débats fusent, entre réalisme et utopisme, la place optimum de l’homme dans la nature, que nous sommes prêts à accepter, reste difficile à trouver. D’un côté nos envies humaines difficilement contournables et de l’autre nos impacts non négligeables.

Chacun de nous à ses propres curiosités… Lorsque Adrien remonte d’une plongée, il est comme un dingue après avoir vu des juvéniles de Méroux : « En France, on fait des articles scientifique pour un seul spécimen, ici j’en ai vu des dizaines ! ». François de son côté lorgne toutes les îles qu’on traverse pour chercher le secret spot de parapente.

Parapente et voilier : à la recherche du secret sport

La navigation à cela de magique de laisser le temps d’observer les îles et d’en deviner les possibilités de vol. Avec nos voiles (Spice et X-Alpes2 de Skawalk) nous regagnons la terre avec des paddles. Nous passons d’un élément à l’autre, c’est une expérience vraiment sympa, ça change d'une approche en voiture !

En parapente, les possibilités sont nombreuses. Dans les îles dalmates, la pratique nous parait très peu développée. Décollages et atterrissages sont scabreux ou improvisés, voir les deux. La végétation ainsi que le terrain rocheux et agressif ne nous ont pas facilité le travail. La météo n’était pas toujours avec nous, mais l’avantage d’une île c’est qu’il y a toujours un côté au vent ! Nous arrivons quand même à trouver des décollages possibles un peu partout.  

Chaque vol est unique et donne une grande satisfaction. La régularité du vent et les paysages donnent au vol une dimension magique.

À cette époque de l’année, les touristiques se font rares et le contact avec la nature en est décuplé. Quel bonheur de trouver sur une petite île des thermiques qui nous permettent de monter à plus de 1000 mètres et de voir un paysage à couper le souffle.

Une aventure de partage

Dans une équipe aussi hétéroclite, ce qui est sûr c’est nous avons beaucoup à nous apporter. Chacun a son domaine de prédilection, si bien que tout est une invitation au partage : navigation, les différents sports, la cuisine crudivore, le comptage des juvéniles de poissons… Sans parler des rencontres avec les locaux autour de leurs visions du développement local et touristique.

Après avoir échangé sur la navigation, l’escalade, le paddle et autres activités intéressantes, c’était à notre tour de faire partager notre passion pour le parapente.

Comme dans tout apprentissage, il y a un début et le leur a été assez magnifique : plage déserte, un petit vent de face et voile idéale (Tonka 2 de Skywalk) pour les premiers essais, nous avons eu quasi 100% de réussite en gonflage. Un grand plaisir de voir l’équipage aussi heureux de découvrir la sustentation et de s’amuser avec une voile au-dessus de la tête.

Nous ramenons 300 photos belles photos et ce en grande partie grâce au Pentax K-70. Cet appareil a l’immense qualité de pouvoir être entièrement utilisé à une main, ce qui rend les prises de vue aérienne super facile ! Vous pouvez voir certaines de ces photos sur le site de François Ragolski ou sur Facebook Expe2m